5 juillet 2019

Focus sites : Vernouillet, Louviers et Rouen

Vernouillet

Situé dans en Eure-et-Loir, le site de Vernouillet fait partie du Groupe depuis plus de 20 ans.

Centré sur la collecte exclusivement, au sein d’un grand nombre d’entreprises, ce site réceptionne mensuellement 1 000 t de ferreux, 150 t de non-ferreux et 18 t de batteries et près de 200 t de DIB. Les métaux sont acheminés à La Courneuve, les batteries à Rocquancourt, le reste des ferreux étant réparti entre Limay, Rouen et Gennevilliers. Les DIB quant à eux sont envoyés au Havre, chez Etarès ou dans des usines d’incinération de la région.

En place depuis plusieurs années, l’équipe est très soudée et prend plaisir à travailler ensemble. Les 5 collaborateurs du site sont Vincent et Sébastien, chauffeurs TransEnvironnement, Christophe, pelleur, Audrey au pont-bascule et Sylvain Le Bon, responsable de site qui nous précise : « sur notre site, nous n’avons pas de spécificité. On touche un peu à tout et j’aimerais poursuivre dans cette voie. Ce schéma me va bien car ça nous permet d’être autonome ».

Cette volonté de diversification fait écho au parcours de Sylvain « J’ai travaillé dans différents secteurs en tant que chauffeur : travaux publics, déménagement, sur courte ou longue distance… Je suis arrivé chez GDE en tant que chauffeur il y a 12 ans. J’ai ensuite eu une belle opportunité avec la place de responsable du site de Vernouillet. Ça fait donc quatre ans que j’occupe cette fonction et je m’y sens très bien!»

Louviers

Depuis 28 ans au sein du Groupe, le site de Louviers se situe entre Rouen et Évreux.

Près de 1 500 t de matières sont collectées chaque mois : 1 000 t de ferreux, 100 t de non-ferreux et batteries et plus de 300 t de DIB. À l’instar de Vernouillet, les apports pro- viennent principalement d’entreprises et de collectivités. « La particularité de notre site, c’est que l’on travaille beaucoup avec les déchèteries, même si ça c’est un peu réduit ces derniers temps » confie Patrick Posier, responsable du site.

Patrick assure le bon fonctionnement du site avec Hubert, grutier à Louviers depuis plus de 35 ans ! « Je m’occupe de la dépollution et des métaux. Avec Hubert, ça fait tellement long- temps qu’on travaille ensemble qu’on n’a même plus besoin de se parler pour se comprendre ! Il va bientôt partir en retraite, il faudra voir ensuite comment on va s’organiser ensuite. »

A noter que la réussite de Louviers passe également par la complémentarité de Patrick et de Christine, réceptionnaire pont-bascule, chez GDE depuis 14 ans.

Embauché depuis 29 ans à Louviers, Patrick détaille son parcours « Je suis rentré ici comme chauffeur semi-remorque, je suis ensuite devenu opérateur cisaille puis grutier. Il y avait ensuite besoin d’un chef de chantier et ça s’est fait comme ça ! Je suis bien dans ma fonction mais je vais avoir 55 ans au mois de juillet… Plus que 5 ans avant la retraite que j’ai déjà préparée : j’ai un pied-à-terre à Pont- L’Evêque (près de Deauville), à moi les voitures, la moto, la pêche et les champignons ! »

Rouen

Dans le Groupe depuis 20 ans cette année, le site de Rouen est l’un des plus importants, tant dans ses effectifs que par ses volumes de matières collectées : 2 500 t mensuelles de ferreux, 350 t de non-ferreux, 70 t de batteries, 1 200 t de papiers-cartons, 290 t de DIB et près de 400 t de DIB.

Les détaillants représentent environ 1⁄4 des entrées du chantier, le reste étant essentiellement réalisé avec l’industrie. « On a de belles sociétés, pas mal d’usines et des casses automobiles », précise Bruno Rihouay, responsable du site.

Le site dispose d’une cisaille de 630 t COPEX. « Dans les plus belles qualités de ferrailles cisaillées on peut faire du E1C pour les fonderies, on fait également des apports d’usines comme les E8C. On les trie et on retire les bandes avant de les envoyer vers les fonderies. On fait également en direct de la fonte VF1 qu’on trie à la source avant départ dans des fonderies du Poitou. »

Le site de Rouen traite 2 500 VHU par an.

« On les réceptionne et participe à l’accompagnement des clients dans le cadre de la « prime à la casse ». Ensuite on procède à la dépollution, on arrache les pare-chocs et les réservoirs que l’on envoie à Rocquancourt. »

Le chantier de Rouen a été site pilote (avec Rocquancourt) en Normandie pour la mise en place des procédures de tri et de traçabilité des DEEE avec ESR. « Aujourd’hui, tout est bien rodé et nous commençons à isoler les D3E Pros »

Bruno détaille sa gestion : « Au total, on gère sur site près de 4 500 t en entrées chaque mois, idem en sortie. Avant la crise, c’était 6 000 t. Le travail n’a pas diminué pour autant. En fait, on travaille différemment : on a fluidifié notre manière de travailler et supprimé les ruptures de charge inutiles en envoyant directement les matières vers les sites de regroupement et la ferraille à chalumer sur le port de Rouen. On minimise donc les coûts de transport et de manutention tout en augmentant l’activité pour le Groupe. »

Parallèlement, Bruno a amélioré la sécurité de son site en mettant en place une zone dédiée aux particuliers et une aux professionnels. « La coactivité peut poser problème, on a donc scindé ces deux activités pour minimiser les risques d’accidents ». Le site dispose de 2 ponts bascules dédiés aux poids lourds et un pont bascule pour les détaillants.

26 collaborateurs sont présents à Rouen : un chef de chantier, Bruno, 3 secrétaires au pont-bascule (qui est ouvert de 7 h à 19 h), 6 pelleurs, une personne à l’achat-détail, un collaborateur achat-détail et cariste, un à la station de dépollution et 4 aux papiers-car- tons. Le reste de l’effectif est constitué des commerciaux et Gescom.

« On a la particularité de travailler en double- postes pour assurer l’activité. Ce qui donne 2 pelleurs sur la COPEX, 1 en poste le matin (5h/12h), l’autre l’après-midi (12 h/19 h), idem sur l’autre pelle en plus d’un pelleur présent à la journée. On a en plus de la polyvalence entre les conducteurs d’engins, chauffeurs poids- lourds et caristes ». Ce point est important pour Bruno, car ça permet de pallier en cas d’absence et d’assurer ainsi les importants volumes traités.

Cette rigueur, Bruno la doit à son parcours. « J’ai entamé ma vie active en tant que tourneur ajusteur fraiseur avant de rejoindre SITA (SUEZ Environnement) pendant 17 ans en tant que responsable d’exploitation collectivités lo- cales. Je suis arrivé chez GDE il y a 13 ans grâce à Yannick Morenne, également ancien de chez SITA, qui cherchait un chef de chantier. »

Bruno nous livre ses objectifs: « avoir de nou- veaux produits à travailler et de continuer à faire grandir le site de Rouen. On a par ailleurs la faculté de sensibiliser et former perpétuellement en interne sur la sécurité. De manière globale, je souhaite que l’on continue à partager nos savoirs, c’est primordial à mes yeux. »

Pour Yannick Morenne, responsable des sites, « Louviers, Vernouillet et Rouen sont des sites de proximité, où règne une ambiance assez familiale. Je m’attache à garder l’âme de chaque agence, c’est primordial »

« Pour moi, GDE c’est la puissance d’un Groupe alliée à la souplesse d’une PME. L’investisse- ment de chacun sur ces chantiers le démontre : c’est à dire qu’aujourd’hui, j’ai des équipes qui sont très impliquées et mettent tout en œuvre au quotidien pour que chaque chantier fonctionne » La situation géographique de ces 3 sites est également une force « Mes 3 chan- tiers sont au cœur d’un dispositif d’outils majeurs du Groupe : le broyeur de Limay, le port de Rouen et les installations de Rocquancourt. C’est un vrai atout ».

Son ancienneté permet à Yannick d’avoir du recul sur la situation des sites « Je suis dans l’entreprise depuis 19 ans et le turnover est faible, c’est la preuve que les collaborateurs se sentent bien dans leurs sites respectifs. Ils sont en place depuis longtemps et connaissent bien la clientèle. C’est un point de succès majeur car le contact humain est très important dans nos métiers ».

À une échelle plus large, il poursuit « J’ai vu le groupe évoluer depuis des années, s’améliorer sur de nombreux aspects (procédures qualité et sécurité notamment). On a par ail- leurs la chance d’avoir un tissu économique riche d’une clientèle de tous types de secteurs d’activité. Nous assurons la gestion des déchets d’industries aéronautique, pharmaceutique et automobile et de collectivités locales ».